HERVE DI ROSA

(1959)

 

Hervé DI ROSA

 

BIOGRAPHIE:

Né le 17 décembre 1959 à Sète, Hérault, France.

Frère de Richard Di Rosa ; Beaux-Arts de Montpellier ; 1983 boursier de l'Etat français à New York ; 1993 ouvre un atelier à Kumasi, Ghana. Peintre. Inconnu en 1980, célèbre en 1981 : Ben l'incorpore au regroupement de la figuration libre. Sur des supports de carton, et couverts de bord à bord, il accumule des sujets anecdotiques de la BD, de la science-fiction, de l'épouvante, dans une mise en page mouvementée ; les teintes acides complètent le climat d'agression. Son art est directement issu de celui de la bande dessinée, sans la médiation ennoblissante que lui avait conférée Roy Lichtenstein, sans l'élaboration de l'Erro. Il est le Jérôme Bosch de la science-fiction. En 1984, ses toiles retrouvent des châssis et sont peuplées de monstres robotisés peuplant la touffeur acide des eaux et de la végétation, Diropolis (1985, MNAM, Paris) et La Vie (1985, MAMVP, Paris). A la fin des années 80, une certaine ironie, parfois tendre, le gagne. Au début des années 90, une installation reconstitue les couleurs obscurs d'un bar, grouillant de clients grandeur nature en noir et blanc, traités d'un graphisme grimaçant. Son style se modifie ; la construction se dépouille, l'encombrement disparaît au profit d'arrière-plans, et le graphisme est plus linéaire, moins grotesque, La Vie des pauvres (1993), disposé comme un retable-triptyque avec sa scène centrale et quatre panneaux latéraux. Il crée un atelier de décoration, en commun avec son frère Richard Di Rosa, dit Buddy. En 1993-1994 il peint au Ghana et reprend son style d'antan pour des panneaux inspirés des enseignes publicitaires sans que le regard puisse se fixer sur l "'abondance des images. Simultanément, d'autres toiles prennent des dimensions africaines, avec ce qu'elles emportent de naïveté. Et, il adopte le patchwork des artisans égyptiens pour décrire par le tissu les scènes de la vie nègre, la peau de mouton tendue sur cadre de bambou. Restant lui-même, il se coule dans le style de la région visitée, celui des coptes en 1996, en multipliant les traits parallèles, des plis de vêtements, des doublements colorés des bords de figures, en insistant sur l'œil, quitte de le multiplier.

 

OEUVRES PRESENTEES:

 

Visitez la   Galerie  et la  Boutique